Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 25
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0043
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( ^5 )

Planche neuvième. — Le martyre de S. Georges. Tableau
de la galerie du Musée ; par Paul Véronèse.

/

Plusieurs fois on a eu occasion de rapporter, dans cet
ouvrage, le peu de particularités que l’on a recueillies sur
S. Georges : l’acte de son martyre a fourni le sujet de
cette belle composition.

S. Georges, à genoux, est insensible aux exhortations
du Grand-Prêtre d’Apollon qui l’engage à renoncer au
Christianisme et à adorer les faux Dieux. Ses yeux sont
levés vers le ciel qui s’ouvre déjà pour le recevoir. Un
Bourreau, armé de son glaive, semble attendre avec
impatience le moment où il va remplir son ministère. Un
autre Bourreau place le Saint, qui n’oppose aucune rési-
stance , dans la position qu’il doit avoir pour subir son
supplice. Plusieurs Guerriers , compagnons d’armes de
S. Georges , au nombre desquels on distingue deux Cava-
liers, regardent avec étonnement la résignation du Martyr
à qui un Ange apporte la couronne et la palme. Dans le
ciel, on voit la Vierge et l’Enfant Jésus témoins du cou-
rage de S. Georges ; auprès d’eux sont S. Pierre et S. Paul.
La Foi, l’Espérance et la Charité, distinguées par leurs
attributs, recommandent le Saint Guerrier à l’assistance
divine; des groupes d’Anges et de Chérubins forment un
concert de voix et d’instrumens.

Ce tableau, dont les figures sont d’une très-grande pro-
portion , ornait à Vérone le maître-autel de l’église de
S. Georges. En parlant des ouvrages dont Paul Véronèse
avait décoré sa ville natale, d’Argenville s’exprime ainsi :
a On voit à Vérone, dans l’église de S, Georges, le mar-
« tyre du chevalier Ginnochias qui ne voulut pas sacri-
12. 5

/
loading ...