Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 29 )

Planche onzième. — La mort de Méléagre. Tableau de la
galerie du blasée; par Le Brun.

Méléagre, fils d’Œnée et d’Althée, fut le chef de la
fameuse chasse que les habitans de Calydon, dont son
père était roi, firent au sanglier que Diane suscita contre
eux. Il triompha du monstre dont la hure devint un
sujet de discorde. Homère raconte que pour posséder
cette glorieuse dépouille, les Etoliens et les Curètes se
firent une guerre sanglante dans laquelle les premiers
obtinrent toujours l’avantage, tant qu’ils eurent Méléagre
à leur tête ; mais ce Héros, indigné que sa mère dont
il avait tué les frères dans un combat, l’eût dévoué aux
Euries, abandonna les Etoliens qui dès-lors furent vain-
cus. Ils le supplièrent en vain de reprendre les armes;
il résista même aux prières de son père ; mais, cédant
enfin aux larmes de Cléopâtre, son épouse, il repoussa les
ennemis de sa patrie. Les imprécations de sa mère n’en
eurent pas moins leur effet, et les Divinités infernales
abrégèrent ses jours.

Ovide a suivi une autre tradition que le Poète grec;
selon lui, les Parques présentes à la naissance de Mé-
léagre, mirent dans le feu un tison dont dépendait la
durée de sa vie. Althée, sa mère, se hâta d’éteindre ce
tison qu’elle garda soigneusement.* Dans la suite, Mé-
léagre ayant tué le sanglier de Calydon, en donna la
hure à Atalante, fille de Jasius,roi d’Arcadie, qui la
première avait porté un coup d’épieu à l’animal redou-
table. Les frères d’Althée, par jalousie, ayant ravi cette
dépouille à la Princesse, Méléagre furieux les tua et s’at-
tira la colère de sa mère qui, pour venger ses frères,

jeta au feu le tison fatal. Aussitôt Méléagre se sentit dé—
12. 6
loading ...