Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 33
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche treizième.— V Adoration des Mages. Tableau,
de la galerie du Musée ; par Mazzola.

La Vierge est assise et tient sur ses genoux l’Enfant
Jésus qui tend les bras à l’un des trois Mages; celui-ci sé
prosterne et lui baise les pieds. Les deux autres contem-
plent avec admiration les grâces de cet Enfant divin. Un
jeune Page, placé à la droite du tableau, remet un vase
qui fait partie des offrandes, à l’un des deux Anges qui
sont derrière la Vierge. La suite nombreuse des Mages
occupe le reste de la composition, et le fond est rempli,
d’un côté, par un portique, et de l’autre par une colon-
nade sur le haut de laquelle on remarque un groupe de
spectateurs.

Les idées qu’on peut se faire de cette scène historique
Sont étrangement contrariées par les anachronismes et les
défauts de convenances qui fourmillent dans ce tableau ;
architecture, costumes, composition, rien ne se rappro-
che du caractère de l’histoire; et malheureusement ces
fautes ne sont pas les seules que l’on remarque dans cet
ouvrage. Les personnages sont entassés les uns sur les au-
tres ; un Cavalier se trouve dessous un rideau, placé là
sans motif, et son cheval se mêle au groupe principal
d’une manière désagréable ; divers accessoires inutiles in-
terrompent les lignes de toutes parts et contribuent à la
confusion qui règne dans l’ensemble. Jérôme Mazzola,
selon ce qu’en dit Lanzi, possédait parfaitement la pers-
pective ; cependant il est facile de voir ici que cette
science lui a manqué; puisque, sans observer la dégrada-
tion naturelle des teintes, il a donné une valeur de tons
presque égale à des figures placées sur différens plans. Le
même auteur doture fiussi à ce peintre le nom d’excellent
la. 7
loading ...