Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 35
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0058
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 35 )

Planche quatorzième.— Continence de Scipion. Tableau
de la galerie du Musée; par le Primatice.

Le trait qui a fourni le sujet de ce tableau est l’un des
plus connus de la vie de Scipion.

Pendant la guerre d’Espagne, après la prise de Cartha-
gène,les soldats de ce Général lui amenèrent une Espa-
gnole, jeune, belle et d’une naissance illustre qu’ils lui
abandonnèrent comme la plus riche part du butin qu’ils
avaient fait. Scipion, quoique dans un âge où les passions
offrent tant d’obstacles à la sagesse, n’abusa point du mal-
heur de sa captive, et ayant appris qu’elle était fiancée à
un Prince Celtibérien nommé Allutius, qu’il avait vaincu
dans les derniers combats, il le fit appeler, et, lui remet-
tant son épouse, il lui dit : « Allutius, je vous l’ai gardée
avec soin, pour que le présent que je voulais vous en
« faire fût digne de vous et de moi. Soyez ami de la
H république, voilà toute la reconnaissance que j’exige de
vous. » Il eut encore la générosité de faire don à ce
Prince, d’une somme très-considérable que les parens de
la jeune Espagnole avaient apportée pour la racheter.

Ce tableau du Primatice est plutôt remarquable par le
vice de son effet, qui est vague, singulier et privé de
charmes, que par aucun mérite extraordinaire. La dispo-
sition en est bizarre, le style maniéré, le coloris froid et
sans vigueur. Cependant on ne peut nier qu’il ne se trouve
dans cet ouvrage des parties qui décèlent le grand maître:
le dessin des principales figures est ferme el hardi, et sent
l’étude de Michel-Ange que le Primatice s’était proposé
pour modèle. Presque toutes les têtes sont d’un grand
caractère ; mais il n’y a pas assez de grâce dans celle de la
jeune Femme.

Les figures de ce tableau sont de moyenne grandeur.
loading ...