Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 37
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0061
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 37 )

Planche quinzième. — Sainte Micheline. Tableau de la*
galerie du Musée ; par le Baroche.

Sainte Micheline était une religieuse de l’ordre de
S. François; elle quitta Pesaro qu’elle habitait pour aller
en pèlerinage à la Terre Sainte.

Cet ouvrage fut commandé au Baroche par les Reli-
gieuses du couvent même de cette Bienheureuse, lorsque
ce Peintre vint à Pesaro.

Sainte Micheline est représentée à genoux sur le Cal-
vaire où la contemplation intérieure des souffrances de
J. C. la plonge dans une pieuse extase. Le chapeau et le
bourdon de pèlerin sont placés à côté d’elle, et dans le
fond on voit une partie de la ville de Jérusalem.

Ce tableau, qui était placé à Pesaro dans le couvent de
S. François, est peint sur toile, et la figure est de grandeur
naturelle. Il jouit de peu de réputation, et n’offre point de
grandes beautés ; on y retrouve la touche légère et suave
du Baroche; les teintes locales sont harmonieuses; mais
l’ensemble est d’un effet lourd, le dessin peu correct, les
draperies sont peintes mollement , et les plis maniérés; la
tête,dont l’expression est bien sentie, est d’un style plus
gracieux qu’élevé.

Le Baroche fut la malheureuse victime de la jalousie
qu’il inspira à ses rivaux, et l’on sait que l’un d’eux lui
donna un poison dont on arrêta l’effet par de prompts
secours, mais qui le laissa en proie à des souffrances dont
sa mort seule fut le terme. Tous ses ennemis ne furent
point aussi atroces; quelques-uns se bornèrent à venger
leur médiocrité par des traits qui marquèrent plus ou
moins de petitesse: on peut rapporter â ce sujet une anec-
dote qu’aucun auteur n’a recueillie, et qu’on tient d’un

o
loading ...