Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 51
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0082
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 5i )

Planche vingt-deuxième. •—- Le Christ au jardin des Oli-
viers, Tableau de la galerie du Musée ; par le Guide.

Les Anges, portant tous les instrumens de la Passion,
entourent le Fils de Dieu à qui l’un d’eux présente le ca-
lice d’amertume. On voit, dans le fond, les Disciples en-
dormis; et, sur un plan plus éloigné, Judas qui conduit
les soldats à qui il doit livrer son maître.

Le Christ est à genoux; il regarde le ciel, et sur ses
traits est empreinte la tristesse de la mort dont parle
l’Evangile (*) ; une sueur de sang coule sur ses joues
pâles et glacées, et l’attitude de la figure annonce un entier
épuisement des forces physiques. Cette figure est admi-
rable : la tête réunit à la beauté de l’expression la noblesse
du caractère, la légèreté du pinceau et la finesse du coloris.
Les mains ne sont pas peintes avec autant de soin que
la tête qui est très-terminée. La figure n’est peut-être pas
très-correctement dessinée sous la draperie ; elle se dé-
tache sur un fond jaune formé par les rayons d’une gloire
céleste.

Les Anges sont dessinés avec élégance et peints avec
facilité; mais ils n’ont pas tous l’expression d’une tristesse
assez profonde.

La figure principale a à peu près un pied de proportion.

(*) Ce passage de l’Evangile a été rapporté dans le dixième
volume, page 29. x
loading ...