Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 74
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0116
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 74 )

est surmonté d’une aile d’aigle, l’écoute en silence ; auprès
de cette ombre est celle de la mère d’Ossian qui s’ap-
paye sur les genoux de son époux. Plus loin, le vieux
barde Uliin tend les bras au Chantre dont il fut l’ami.
Derrière Ossian , on voit le jeune Oscar, son fils, qui
lut tué en trahison, et que Malvina presse contre son
sein. D autres Guerriers et des jeunes Filles, les unes
portant des harpes , les autres de3 corbeilles de fleurs,
sont groupés autour de l’illustre Barde. La lune, à tra-
vers les nuages, éclaire cette scène mystérieuse; et l’ar-
tiste n’a oublié ni les Etoiles qui, selon la croyance des
peuples du Nord, brillaient sur le front des ombres
glorieuses, ni les Dogues qui, même au séjour des nuages,
partageaient avec elles le plaisir de la chasse.

Cette composition annonce autant d’esprit que de goût,
et la distribution des lumières donne à ce tableau un effet
piquant et harmonieux; il était impossible de mieu^k
saisir le ton des poésies d’Ossian. Quoique l’exécution de
cet ouvrage soit très-peu terminée , et que l’auteur ait fa
modestie de ne le regarder que comme une esquisse, on
y reconnaît le style élevé, pur et gracieux qui distingue
ses autres productions , et la rare facilité d’un pinceau
habitué à produire des chef-d’œuvres.

Les figures de ce tableau , qui est placé dans l’une des
salles de la Malmaison , ont près de o pieds et demi de
proportion.
loading ...