Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 77
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0121
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 77 )

Planche trente-cinquième. — S. Sébastien. Tableau de la
galerie du Musée; par le Guide.

On ne peut regarder cette figure isolée que comme un-
morceau d’étude, quelle qu’ait été la destination du ta-
bleau ; mais si, dans un pareil ouvrage, l’invention n’est
pas le point important, on est à portée de juger mieux
que dans toute autre production, peut-être, de la con-
naissance que le peintre a de son art.

On ne trouve pas, dans le Guide, cette profondeur
qui décèle la science, même dans les moindres détails;
quoique son style ait en général une certaine élévation,”
on y chercherait en vain ces beautés puisées dans l’étude
constante de la nature et des grands maîtres qui ne se sont
formés que d’après elle. Mais le dessin du Guide a de
l’élégance, ses contours sont coulans, il est correct. Son
coloris a- varié à différentes époques; pourtant quelque
système qu’il ait suivi, il s’est constamment montré sa-
vant dans cette partie. On admirera toujours la beauté de
son pinceau ; sa touche, cà la fois vigoureuse et légère,
est large et bien fondue.

Cette figure, de grandeur naturelle, rappelle la pre-
mière manière du Guide; la tète a de l’expression, mais
elle n’est pas d’un goût assez noble; les cheveux sentent
trop l’arrangement ; le torse est bien dessiné et parfaite-
ment peint.

En examinant bien cet ouvrage, on serait tenté de
croire que le Guide, docile aux avis d’Annibal Garache,
son maître, pensait, lorsqu’il peiguit cette figure, à renon-
cer à l’imitation de Michel-Ange de Caravage, et à se
faire une manière qui lui fût propre. On sait que ce chan-
gement fut assez subit et très-heureux pour le Guide,
12, i&
loading ...