Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 79
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0124
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 79 )

Planche trente-sixième. — S. François recevant les stig-
mates. Tableau de la galerie du Musée ; par Bada-
locclii.

Ce tableau, dont les figures sont de grandeur naturelle,
était placé à Parme , dans l’église des Capucins, et jouis-
sait d’une grande réputation. Il est dans le goût des Ca-
raches pour le dessin, la touche et le paysage ; cependant
le style n’a pas la grandeur et la noblesse qui font recon-
naître les élèves de ces maîtres.

Le pinceau de Badalocchi est d’une fermeté extraordi-
naire dans ce tableau; son paysage est exécuté grande-
ment et touché avec vigueur; la figure principale est
dessinée savamment sous la draperie; son attitude est
simple et naturelle; mais pourquoi l’artiste n’a-t-il pas
donné à la tête de ce Saint un caractère moins trivial? I!
ne manque à l’effet général de ce tableau que des tons
un peu plus lumineux.

Rosa Sisto Badalocchi naquit à Parme ; on ignore l’an-
née de sa naissance et celle de sa mort. Il fut l’ami et le
condisciple de Lanfranc ; ainsi l’on peut présumer que
comme ce dernier, il dut briller depuis 1610 jusqu’en
i65o environ. Il entra de bonne heure dans l’école des
Caraches, s’y distingua plus par son application que par
la vivacité de son génie , et acquît bientôt une grande
habitude par le travail. Il suivit Annibal Garache à
Rome ; ce maître estimait beaucoup sa manière de dessi-
ner , et, par un excès de modestie , la préférait à la
sienne. Badalocchi chercha à imiter le style de Lanfranc,
avec qui il était étroitement lié. Ils gravèrent ensemble
les Loges de Raphaël, et dédièrent ce travail à Annibal
Ca.rac.he qui choisit Badalocchi entre ses meilleurs élèves
loading ...