Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0130
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(83)

Planche trente-huitième. — La Vierge, VEnfant Jésus,

S. Etienne , S. Ambroise et S. Maurice, Tableau de

la galerie du Musée ; par le Titien.

R ien de plus gracieux, de plus élégant que le groupe
de la Vierge et de l’Enfant Jésus dans ce tableau! Le Ti-
tien n’embellit pas souvent la nature; mais, lorsqu’il a
eu de beaux modèles, il a su les imiter. Son style offre
rarement ce qu’on est convenu d’appeler le beau idéal ;
cependant on le rencontre dans ce groupe où le choix
heureux des formes, l’arrangement des draperies , la
science du clair-obscur, sont d’accord avec la naïveté des
intentions. On donne le nom de S. Ambroise au Vieil-
lard qui tient un livre ouvert : on serait tenté de croire
que la tête est un portrait, tant on y remarque de ce na-
turel simple et vigoureux qui décèle une imitation exacte.
On sait d’ailleurs qu’il arriva plusieurs fois au Titien
de placer dans ses tableaux la ressemblance de quelques-
uns de ses amis. Le Saint qui tient une palme est d’un
dessin correct et peint avec sentiment; c’est sans doute par
suite de la tradition conservée sur ce tableau, qu’on re-
connaît S. Etienne dans cette figure, et S. Maurice dans
celle du Guerrier placé derrière S. Ambroise. Au sur-
plus , ces noms sont indifférons au mérite de l’ouvrage,
admirable surtout par le coloris. Les tons sont riches et"
variés, l’effet est vigoureux, et la touche est partout large
et moelleuse.

Ce tableau a 3 pieds et demi de haut sur 4 pieds de
large.
loading ...