Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 85
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 85 )

Planche trente-neuvième. — Le Christ descendu de la
croix, la Vierge, S. Jean, /a Madeleine et une Sainte
Femme. Tableau de la galerie du Musée ; par Lucas
Cranach.

Lucas Cranacli, surnommé le Vieux, appartient à l’é-
cole flamande. Il naquit en 1472, et mourut en i553, dans
le plus beau temps de la peinture en Italie. Il eut, pour
contemporains en Allemagne , Albert Durer , Lucas de
Leyde, Holbein, etc., tous peintres allemands encore
très-estimés de nos jours. Il y avait déjà longtemps que
Van Eyck, dit Jean de Bruges, mort en 1474,en donnant
à la Elandre le secret de la peinture à l’huile, avait laissé
des ouvrages qui n’ont pas cessé d’être admirés pour la
force du coloris et la justesse de l’imitation. Comment
donc Cranach a-t-il pu produire un tableau qui annonce
l’ignorance des premiers principes de l’art? Ce n’est pas
qu’on ny trouve quelques beautés qui en rachètent les
défauts, mais elles y sont en petit nombre. Ce peintre pa-
raît avoir été l’élève d’un homme plus habile que lui, et
n’avoir retenu qu’imparfaitement ce qu’on lui enseigna,
sans rien deviner de ce qu’on pouvait ne pas savoir en-
core en Allemagne. La disposition des figures de son
tableau est assez bonne ; les attitudes sont naturelles ; mais
le style est bas et trivial. Le dessin est grêle, incorrect et
d’un mauvais goût. L’effet général manque d’harmonie,
et le coloris des nus est sans vigueur ; le pinceau a tant de
sécheresse que la figure du Christ semble être découpée
dans la toile. Il y a de la vérité dans quelques détails
d’ajustemens. Quant à la perspective aérienne, elle n’est
Bullement observée. Le ciel est lourd, et les tons du pay»
J 2.

20
loading ...