Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0140
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 9° )

Sensible, du côté de la Vierge, auprès de laquelle se
tx'ouve une figure semblable et dans la même position.

L’effet de ce tableau, qui manque de vigueur, est
agréable et séduisant. L’architecture est d’un bon goût et
la perspective en est bien entendue.

Stella, plus gracieux que naturel dans la couleur et
dans ln dessin, s’était fait nue pratique qui servait sa fa-
cilité; mais il a manqué de cette originalité qu’on ne puise
que dans l’étude de la nature. Il est peu savant dans le des-
sin, et ne semble pas attacher assez d’importance à l’art de
draper ses figures. On peut voir, surtout dans ce Mariage
de la Vierge qui est un de ses meilleurs tableaux, com-
bien son pinceau a peu de moelleux et de ressort. On
pense, en voyant ses ouvrages, que n’écoutant que son
génie, il eût dû se borner au genre agréable, parce que
son talent a peu d’énergie et d’élévation.

Les figures de ce tableau sont de grandeur naturelle.

i
loading ...