Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 97
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0151
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 97 )

Planches quarante-cinquième, quarante-sixième et qua-
rante-septième. — La France appelant les Conscrits à
sa défense. Bas-relief en marbre ; par M. Moitte.

Ce bas-relief, conçu d’une manière ingénieuse, et exé-
cuté avec une rare perfection, est placé dans l’une des
salles du Sénat conservateur ; il est de forme demi-cir-
culaire. Les figures sont de proportion demi-nature.

Le genre du bas-relief, qui d’abord ne semble être
que secondaire, a cependant suffi quelquefois pour faire
la réputation d’un artiste, et c’est en partie sur de sem-
blables productions qu’est fondée la gloire de J. Gougeon.
Ce morceau ne peut donc faire que beaucoup d’honneur à
M. Moitte qui a déjà donné tant de preuves de la supério-
rité de son talent.

La France, figurée par une jeune Femme, est assise dans
une chaise curule ; à ses pieds est le Coq, symbole des
anciens Gaulois. Elle appelle à sa défense les Français de
tous les rangs qui ont atteint l’âge marqué par la loi, pour
porter les armes : à sa voix , un grand nombre de jeunes
Guerriers qu’enflamme le désir de vaincre, se précipitent
sur les pas de la Victoire qui leur présente la palme du
triomphe ; l’un d’eux j ure, au nom de tous, de combattre
pour la gloire de son pa37s.

Derrière la figure principale, on voit Minerve qui étend
Son bouclier sur la France, en signe de protection. Cette
allégorie désigne le Sénat conservateur. Minerve est accom-
pagnée de la Justice que l’on reconnaît au glaive et à la
balance; de la Prudence qui porte un miroir et dont le bras
est entortillé d’un serpent ; et de la Force, vêtue de la peau
12. 2.3
loading ...