Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 115
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0176
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( «5 )

Planche cinquante-quatrième.—1? Annonciation. Tableau
de la galerie du Musée ; par le Baroche.

Ce tableau fut commandé au Baroche par le Seigneur
de la Rovère, qui le fit placer dans la chapelle des ducs
d’Urbin, à Lorette. Cette production fit tant d’honneur à
l’artiste qu’un grand nombre de personnages puissans
voulurent qu’il leur en fît des copies ; le Baroche, dont le
génie n’était pas très-inventif, copia la composition sans y
rien changer ; et l’on voyait à la Madone des Anges, près
d’Assise, et dans un oratoire à Gubbio, deux tableaux
absolument semblables. L’Escurial en Espagne en possède
également un , et il en existe un quatrième dans la collec-
tion du Musée ; ce dernier, qui vient de la cathédrale de
Pesaro, n’est pas exposé, parce qu’on l’a jugé inférieur à ce-
lui dont on donne ici la gravure. Le Baroche a doublement
contribué à faire connaître le mérite de cette production
par une gravure à l’eau forte qu’il a exécutée lui-même,
avec autant d’esprit que de goût.

Le dessin, la couleur, les airs de têtes, l’ajustement des
draperies, tout, dans cet ouvrage, concourt à rappeler l’un
des talens les plus gracieux que l’Italie ait produits.
Le Baroche a toujours cherché à imiter le Corrège; et l’on
peut se convaincre , en examinant ce tableau, que le
Corrège n’a pas eu de plus excellent imitateur.
loading ...