Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 119
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0182
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( IT9 )

Planche cinquante-sixième.—Anne de Bretagne. Statue
en marbre du Musée des Monumens français ; par
Paul Ponce-

Paul Ponce, l’un des meilleurs sculpteurs de son
temps, fut choisi par François ï.er pour exécuter le mo-
nument qu’il fit ériger à Louis XII et à son épouse. On
a donné, page 37 du 9.“® volume, la statue du premier ;
celle d’Anne de Bretagne n’est pas d’un mérite infé-
rieur ; elle représente même l’état de mort sous un aspect
moins hideux que ne le fait l’autre statue. Mais il faut
convenir que ces deux morceaux réunis, comme ils le
sont, sur un socle cinéraire , produisent, par la vérité des
formes , le naturel, la vigueur de l’exécution, un effroi
presque égal à celui qu’inspireraient deux cadavres li-
vides ainsi exposés. C’était là sans doute le but que
l’artiste s’était proposé, et il l’a rempli entièrement.

On lira sans doute avec plaisir une épitaphe d’Anne
de Bretagne, morte en i5i3, dans la langue poétique
de ce temps :

La terre , monde et ciel ont divisé Madame
Anne qui fut des rois Charles et Louis la femme :

La terre a pris le corps qui gist sous cette lame;

Le monde aussi retient la renommée et famé
Perdurahle à jamais, sans être blasme-dame ;

Et le ciel pour sa part a voulu prendre l’ame.

v
loading ...