Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 12.1806 [Cicognara Nr. 3401-12]

Seite: 142
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1806a/0216
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( r42 )

Lydie. Le fond de cette seconde version est dans Hé-
rodote.

Ce n’est pas cet Historien que M. Menjaud a consulté
pour rendre le moment ou Gygès, conduit par Candaule,
contemple les charmes de la Reine : l’artiste, au lieu de la
montrer dans le bain, a mieux aimé la représenter endor-
mie sur un lit dont la richesse relève encore l’éclat de sa
beauté. Les infidélités faites à l’histoire sont toujours ex-
cusables, lorsqu’elles tournent au profit de l’art. La Reine,
dans une salle de bains, et Candaule et Gygès placés dans
l’éloignement ou vus derrière un rideau , n’offriraient
qu’une scène froide et rappelleraient le sujet de la Chaste
Suzanne. M. Menjaud, dans la disposition de celui-ci, a fait
preuve d’esprit et de goût. L’effet général de son tableau
est à la fois agréable, piquant et harmonieux; il est un de
ceux qui se sont fait le plus remarquer au Salon de cette
année par la grâce de la composition et l’agrément du,
pinceau.
loading ...