Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 12
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0022
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 12 )

ont appris, et n’hésitent pas à offrir au public de mal-
heureux essais dont souvent ils ne retirent que du ri-
dicule î

Jules-Romain ne pensait pas ainsi; ce ne fut qu’à
la mort de Raphaël qu’il se livra à son propre génie;
jusques-là il n’avait pour ainsi dire travaillé que
d’après les dessins de son maître, et même il fut chargé
conjointement avec Jean Francesque de terminer plu-
sieurs de ses tableaux qui étaient restés imparfaits. Tant
que ce grand peintre exista, Marc-Antoine ne put obte-
nir de graver d’après Jules-Romain qui, selon l’expres-
sion de Félibien, « avait eu ce respect pour Raphaël
« de ne rien mettre au jour pendant la vie de son maître,
« pour ne paraître pas vouloir entrer en concurrence avec
» lui.»
loading ...