Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 29
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0048
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 29 )

Planche onzième. — S. Paul en méditation. Tableau de
la galerie du Musée; par J. Blanchart.

Quoique ce tableau soit annoncé dans le catalogue du
Musée sous le titre d’un Philosophe en méditation, on ne
peut y méconnaître S. Paul. Le caractère de la tête, le
choix du costume composé d’une tunique verte et d’un
manteau rouge sous lequel il est d’usage de représenter cet
Apôtre, indiquent suffisamment le sujet.

Cette demi-figure, de grande proportion, est le seul
ouvrage de J. Blanchart que l’on voye au Musée. Elle est
dessinée d’un bon goût; la couleur en est fière, la toucha
facile, l’effet large et assez harmonieux.

Jacques Blanchart, qui de son temps obtint le sur-
nom de Titien, est un des meilleurs coloristes de l’école
française. Il naquit à Paris en 1600, et reçut les premières
leçons de peinture de Nicolas Bolleri son oncle maternel,
peintre du roi. A 20 ans, il partit pour l’ïtalie, mais il
s’arrêta à Lyon et travailla sous Horace Le Blanc, peintre
assez estimé. Après avoir demeuré quatre ans dans cette
ville, Blanchart arriva à Rome en 1624, y resta deux ans,
et delà se rendit à Venise. Il fit une étude particulière des
ouvrages du Titien, du Tintoret et de Paul Véronèse. Mal
récompensé des travaux qu’il avait faits pour quelques
nobles vénitiens, il quitta Venise et se rendit à Turin;
après avoir fait plusieurs tableaux pour le duc de Savoie,
il résolut enfin de se fixer à Paris; et, passant par Lyon,,
il y donna de nouvelles preuves de son talent.

De retour à Paris, il se fit connaître par l’agrément de
ses compositions, la fraîcheur de son coloris, la douceur de
son pinceau; chacun voulut avoir de ses ouvrages. Il fit,
14. 6,
loading ...