Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 30
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0049
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 3® )

pour la communauté des peintres, un S. Jean dans l’île de
Pathmos; une Assomption delà Vierge, pour un couvent
de religieuses à Cognac ; et quelques autres morceaux plus
importans: il peignit une petite galerie dans une maison
qui depuis a appartenu au président Perrault; une plus
considérable à l’hôtel de Bullion, en 12 tableaux représen-
tant des sujets de la Fable; et une Descente du S. Esprit
pour l’église de Notre-Dame: la plupart de ces ouvrages
ne subsistent plus. Si Blanchart a fait peu de grandes com-
positions, c’est qu’on lui demandait le plus souvent des
tableaux de chevalet, des Saintes Familles, des Vierges
et autres sujets gracieux où il excellait particulière-
ment. Il avait une fâcilité extraordinaire, surtout pour
peindre des femmes nues, et il lui arrivait souvent de
terminer en quelques heures une figure de grandeur na-
turelle. Sa vivacité et sa trop grande application au travail
ruinèrent sa santé. Attaqué d’une fluxion de poitrine, il
mourut à Paris en i638, âgé de 38 ans. Blanchart ne
s’est pas distingué seulement par la beauté du coloris , il
donnait beaucoup d’expression à ses figures. Il eut un frère
qui l’avait accompagné à Rome pour travailler avec lui,,
et un fils qui suivit sa profession. On compte 70 pièces
gravées d’après J. Blanchart, parmi lesquelles il y en a
quelques-unes de sa main.
loading ...