Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 31
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0051
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( )

'Planche douzième. — Bas-reliefs, dessus du porte de la
cour du Louvre; par J. Gougeon.

Ces deux figures allégoriques ornent de chaque côté
d’un œil de bœuf le dessus d’une des portes de la cour du
Louvre, sur la face septentrionale; elles sont ailées et vê-
tues de draperies légères. L’une est la Victoire tenant de
la main droite une couronne de lauriers et de la gauche
une palme; l’autre, l’Histoire occupée à retracer quelque
événement mémorable : sa coiffure est ornée d’un dia-
dème , son pied gauche est posé sur un globe.

Cette sculpture est attribuée à J. Gougeon qui a exé-
cuté les dessus de porte de la face orientale de la même
cour; cependant il suffit d’examiner celle dont on donne
ici le trait pour douter qu’elle soit de la main de
cet artiste. On peut présumer qu’elle fut faite d’après
ses dessins ou une esquisse, ou terminée sur son ébauche
après sa mort. Cependant nous sommes loin de prétendre
que ces bas-reliefs, quoique inférieurs à plusieurs autres
du Louvre, reconnus pour être de J. Gougeon, ne
soyent pas dignes de l’estime des connaisseurs. On y re-
connaît le style de ce maître ; mais il faut convenir que
l’on n’y remarque ni le grand goût, ni l’élégance des pro-
fils, ni cette finesse d’expression, cette grâce, cette légèreté,
ou plutôt cette coquetterie de ciseau, si l’on peut s’expri-
mer ainsi, que l’on ne trouve que dans les ouvrages qui
sont entièrement de sa main ; tels que les bas-reliefs de la
fontaine des Innocens, ceux de l'hôtel de Carnavalet,
plusieurs marbres du château d’Anet, et les superbes
caryatides de la grande salle du Louvre.

Si les deux figures dont il s’agit n’ont été exécutées que
loading ...