Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 34
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0055
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
(34)

On voit ici les deux hermites assis l’un près de l’autre
sur un rocher, et regardant avec un attendrissement mêlé
de joie le corbeau qui pourvoit à leur nourriture.

Cette composition offre, i.® une double action, car on
voit dans le fond S. Antoine portant dans ses bras le corps
de S. Paul, tandis que les lions creusent la fosse; 2.® un
anachronisme , ce que l’on rencontre souvent dans les
meilleurs tableaux de piété : cet homme qu’on aperçoit
dans le coin à droite est étranger au sujet, et ue peut être
que le donataire.

Nous avons eu précédemment occasion de parler des
ouvrages de Gaspard de Crayer et de l’estime qu’en faisait
Rubens. Celui-ci mérite une attention particulière : le
paysage est admirable et a cette finesse de ton qui dis-
tingue les chef-d’œuvres de Teniers ; qualité remar-
quable surtout dans un tableau dont les figures sont de
grandeur naturelle. Les têtes sont bien peintes et très-ex-
pressives ; les cheveux et la barbe de S. Paul sont dignes
du pinceau de Van Dyck. La figure de S. Antoine est d’un
ton vigoureux; son vêtement est d’un brun foncé de même
que celui du personnage que l’on voit près de la bordure,
et dont la tête est un excellent portrait.

Ce tableau provient de la conquête de la Belgique.
loading ...