Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 39
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0063
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 39 )

Planche seizième. — David vainqueur de Goliath. Statue

en marbre du Musée des Monumens français, par

Franque ville.

Le Conservateur du Musée des Monumens français,
qui lui-même a recueilli cette figure et l’a placée dans la
salle du dixième siècle, a omis d’indiquer dans son ou-
vrage sur ces Monumens, le lieu d’où elle a été tirée.
Comme il lui a composé un piédestal avec les débris de
la chaire à prêcher des Grands-Augustins, exécutée dans
le même temps par G. Pilon, peut-être croira-t-on que la
figure se voyait autrefois dans l’église ou dans l’une des
salles de ce couvent: cependant, comme il n’y a aucun
rapport entre la statue et le piédestal, on doit présumer que
M. Lenoir n’a eu dans cette circonstance d’autre motif
que de l'approcher des portions éparses de divers monu-
mens, pour en former un tout, et établir une espèce de
chronologie. Quelques personnes ont désapprouvé ce sj^s-
tème d’arrangement j mais il était bien difficile d’ordon-
ner un Musée qui, par la nature des élémens dont il se
compose, n’offrait d’abord qu’une confusion de parties
sans liaison, et des objets pour la plupart mutilés.

Dans l’ouvrage que nous venons de citer, l’auteur de la
statue de David, vainqueur de Goliath, est désigné sous
le nom de Francheville. On doit plutôt croire que son
véritable nom est Franqueville, comme le porte la chro-
nique du temps citée par M. Lenoir lui-même: « Fran-
v qveuille notre Phidias, etc. » Quant au surnom de
Francavilla qu’il suppose que prit ce sculpteur lors-
qu’il étudiait à Florence sous Jean de Bologne, il est
probable que selon l’usage de plusieurs savans et artistes
de ce temps-là, Franqueville latinisa son nom en signant
loading ...