Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 41
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 4* )

Planche dix-septième.— U Adoration des Mages. Tableau
de la galerie du Musée ; par Diétricht.

« Jésus étant donc né dans Bethléem, ville de la tribu
«■ de Juda, du temps du roi Hérode, des Mages vinrent
« de l'Orient en Jérusalem, et ils demandèrent : où est le
n roi des Juifs qui est nouvellement né? Car nous avons
« vu son étoile en Orient, et nous sommes venus rado-
ta rer-En même temps l’étoile qu’ils avaient vue en

Orient allait devant eux, jusqu’à ce qu’étant sur le lieu

« où était l’Enfant, elle s’y arrêta_Et entrant dans la

« maison, ils y trouvèrent l’Enfant avec Marie sa mère,
u et, se prosternant à terre, ils l’adorèrent; puis ouvrant
<< leurs trésors,ils lui offrirent de l’or, de l’encens et de
la myrrhe. » ( S. Mathieu, chapitre II.')

Ce sujet,qui n’est pas susceptible d’une forte expres-
sion, est ce qu’on peut appeler un sujet d’apparat. Le
peintre a droit d’y étaler tout le luxe de son imagination,
la richesse des costumes, la variété des couleurs; il peut y
introduire des personnages de tout pays, de tout âge, de
tout caractère ; des animaux, des fabriques ; entasser les
groupes , et sacrifier à l’effet pittoresque. Ce genre de
composition convenait particulièrement à Paul Véronèse
et à Rubens, et ce dernier surtout l’a traité avec une abon-
dance et une facilité qui prouvent l’inépuisable fécondité
de son génie. Raphaël a composé, sur le même sujet, de
superbes cartons qui ont été exécutés en tapisseries : il n’y
faut pas chercher cette vivacité de coloris, cette harmo-
nie, cette vigueur de clair-obscur, que les deux pein-
tres que l’on vient de nommer ont portées au plus haut
degré ; mais on y trouve une grandeur de caractères, une
14. 9
loading ...