Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 53
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0084
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 53 )

Planche vingt - troisième.— TJ Adoration des Bergers.

Tableau de la galerie du Musée ; par Bernardino Gatti,

dit le Sojaro.

Les auteurs contemporains du Corrège ont négligé de
donner des détails sur la vie de ce grand peintre : ils ne
sont pas même d’accord sur les noms des artistes formés à
son école, et on a compris au nombre de ses élèves quel-
ques-uns de ses imitateurs. Cependant soit que Bernardino
Gatti, dit le Sojaro, ait reçu les leçons du Corrège, et l’ait
aidé dans ses travaux, soit que vivant dans son intimité,
il ait profité de ses lumières et de son exemple, il est géné-
ralement réputé comme un de ses disciples. Aucun ne s’est
montré plus fidèle aux principes du Corrège, surtout lors-
qu’il a eu occasion de traiter les mêmes sujets que ce maî-
Ire. Son tableau de la Pitié, à la Madeleine de Parme ; son
Repos en Egypte, à S. Sigismond de Crémone, et son tableau
de la Crèche, à S. Pierre de la même ville ( celui dont on
donne ici la gravure), prouvent jusqu’à quel point on peut
imiter le Corrège sans le copier servilement; nul n’en a
plus approché pour le charme de l’expression; ses Vierges
et ses Enfans sont pleins de grâce et respirent l’innocence.
Il a adopté les fonds lumineux, et son coloris a une suavité
qui lui est particulière. Suivant la coutume du Corrège, il
soigna tous ses ouvrages et n’en abandonna aucun qu’il ne
l’eût terminé dans toutes ses parties. Il eut encore le talent
singulier de se conformer à la manière des peintres avec
lesquels il fut employé à de grands travaux; et lorsqu’il
acheva, après la mort du Pordenon, les peintures de la
tribune de Sainte-Marie di Campagna à Plaisance,
elles parurent toutes être de la même main. Plusieurs
14. 12
loading ...