Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 59
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0092
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 59 )

on voit le jeune Joseph racontant à sa famille les songes
qui lui annoncent sa future élévation : on aperçoit même
au loin, sur un côté de la montagne, la gerbe de Joseph se
tenant de bout au milieu de celles de ses frères. Au centre
du tableau, Jacob et R aohel envoyent Joseph dans la con-
trée où ses frères font paître les troupeaux. Un peu au des-
sus de ce groupe, Joseph, vu dans l’éloignement,est près
de se joindre à eux. Plus loin, on le descend dans la ci-
terne. Sur le même plan à droite, on voit les marchands
Ismaélites à qui le jeune Joseph est vendu et livré. Au
sommet de la montagne, Juda égorge un chevreau pour
y tremper la robe de Joseph. Un peu au dessous, on voit
descendre l’envoyé de Juda. Enfin, sur le devant du ta-
bleau, à droite, Jacob, à la vue des vêtemens de son fils
chéri, se livre à la plus vive douleur.

Il ne s’agira pas ici d’accuser l’artiste qui blesse d’une
manière aussi choquante la loi de l’unité, ou l’amateur
qui, sans égard pour les règles du goût, veut voir réunies
dans un même cadre plusieurs scènes qui se sont passées
dans des temps et des lieux différens; il faudrait répéter
ce que l’on a eu souvent l’occasion de dire dans le
cours de cet ouvrage. On ne s’arrêtera donc qu’à l’exé-
cution du tableau.

Les figures ont tout au plus i5 pouces de proportion, et
ce n’est pas dans les objets d’une dimension aussi petite
que l’on peut retrouver le génie et l’habileté d’André del
Sarte. Le principal mérite de ce peintre consiste dans
l’étude des carnations, la vérité et la finesse du coloris, la
naïveté de l’expression. Ce tableau, dont les détails sont
néanmoins rendus avec sentiment, pourrait à la rigueur
n’être considéré que comme une esquisse. Il y a une
grande légèreté de pinceau, de la transparence dans le
ton général, un peu de bizarrerie dans la plupart des cos-
loading ...