Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0095
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 61 )

Planche vingt-septième. — Jeanne de Navarre. Tableau

de Mademoiselle Lorimier, exposé au Salon de 1806.

Jeanne de Navarre conduit son fils Arthur au tombeau
quelle a fait élever à la mémoire de son époux, Jean V,
duc de Bretagne, et l’entretient des vertus et des malheurs
de son père.

Après la bataille d’Auray, en 1864, Jean V, surnommé
le Vaillant ou le Conquérant, était resté paisible posses-
seur du duché de Bretagne ; et, depuis lorsque Charles V
entreprit de le dépouiller, le Duc, soutenu par sa noblesse,
conquit une seconde fois cette province. Charles VI, par-
venu au trône, ne put lui pardonner d’avoir donné un asile
à Pierre de Craon, assassin du connétable de Clisson , et
résolut de lui faire la guerre ; mais lorsqu’il marchait
contre le Duc , ce Monarque, frappa d’un coup de soleil,
tomba dans une démence qui le rendit furieux, et l’entre-
prise fut abandonnée.

Jean V mérita par ses vertus militaires le surnom de
Conquérant, et mourut à Nantes, en 1899. Il avait insti-
tué l’ordre de l’Hermine, où les dames pouvaient être
admises.

Si le sujet du tableau de Jeanne de Navarre conduisant
son fils au tombeau de Jean V, ne peut être considéré ri-
goureusement comme un trait historique, il le sera du
moins comme une idée ingénieuse de l’artiste. L’histoire
a fourni à Mademoiselle Lorimier le motif d’une scène
sentimentale, où l’on voit briller à la fois l’expression de
l’amour conjugal et maternel, les prémices de la piété
filiale, une douce mélancolie, une ingénuité touchante.
L’exécution de la peinture répond à la pensée. La com-
14. 14
loading ...