Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 66
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0102
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 66 )

dans celui du Sie'ge d’Ostie où il représente Léon IV ; il
le peignit encore dans deux tableaux désignés sous le
nom du Sacre et du Couronnement de François!, mais
dont le véritable sujet n’est pas bien connu. Raphaël avait
entrepris, par ordre du pape, dans la grande salle du
Vatican, l’histoire de Constantin; il termina quelques
figures, le reste fut exécuté sur ses dessins par Jules-
Romain. Il ne pouvait suffire à tous les ouvrages qui lui
étaient demandés. Léon X lui confia non-seulement les
peintures, mais encoi’e tout ce qui tenait à la décoration
de son palais; Raphaël ordonnait même les ornemens
de stuc, fournissait jusqu’aux dessins de la menuiserie,
et il n’y avait aucun ouvrier sur lequel il n’eût une en-
tière autorité; telle fut depuis celle dont Le Brun jouit
sous Louis XIV. Mais Raphaël ne se fit pas un ennemi;
il est peut-être le seul artiste célèbre que l’envie ait
épargné. Tous ceux qu’il employait avaient pour lui une
déférence et un attachement sans bornes ; il goûta la dou-
ceur d’être à la fois aimé et obéi. L’amitié qu’avait pour
lui Léon X aurait sans doute porté ce pontife à le com-
bler de la plus insigne faveur, en le créant cardinal; du
moins celait dans cette espérance que Raphaël avait
refusé d’épouser la nièce d’un prince de l’église, lors-
qu’une mort prématurée rompit le cours d’une si glo-
rieuse carrière, et priva la peinture de son plus bel
ornement.

Le tableau de Léon X est peint sur bois; les figures sont
d’une forte proportion. Simplicité, vérité de caractère,
vigueur de coloris, touche large et moelleuse, telles sont
les principales beautés de ce portrait qui ne le cède point
aux chef-d’œuvres même du Titien dans un genre où ce
maîti'e a particulièrement excellé,
loading ...