Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 71
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0110
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 71 )

Planche trente-deuxième. ■— Quatre Bustes antiques de
la galerie du Musée.

Le premier de ces bustes est le portrait d’une femme
romaine. Ses cheveux tressés et relevés fort au dessus du
front, forment une espèce de couronne dont le bord supé-
rieur empêche que l’on ne découvre le sommet de la tête.
La draperie oflre une particularité remarquable, mais
qui ne peut être aperçue sur cette planche où la tête est
vue de profd. Une figure de la Victoire supposée en bro-
derie, orne le devant de la tunique; la palme et la couronne
qu’elle tient ont fait croire que le monument représente
une femme victorieuse aux concours de musique qui
avaient lieu dans les jeux capitolins. Quelques bas-reliefs
anciens offrent des figures de femmes pareillement dé-
corées. Ce buste en marbre de Paros, de 2 pieds de hau-
teur et d’une exécution médiocre, a été tiré de la gale-
rie du cliâleau de Richelieu. La tête est rapportée; une
partie du nez est moderne.

Le second est désigné sous le nom de Trajan le père:
cette dénomination est fondée sur la ressemblance que
l’on a cru y remarquer avec les portraits de cet ancien
consul frappés sur quelques médailles de l’empereur Tra-
jan , son fils. Né d’une très-ancienne famille d’Italica, près
de Séville, en Espagne, Trajan le père s’était distingué en
Orient, pendant son proconsulat de Syrie. Il eut les hon-
neurs du triomphe sous Vespasien qui l’avait admis au
nombre des sénateurs et nommé consul. Ce buste est d’un
travail très-ordinaire: l’extrémité du nez, le bas du men-
ton et une partie de la poitrine du côté droit sont restau-
rés. L’oreille gauche est moderne, la droite est mutilée.
loading ...