Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0113
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 73 )

Planches trente-troisième et trente-quatrième. — Une
ville incendiée ; Carton de Jules-Romain -, de la
Galerie du Musée.

O n voit dans l’éloignement une ville embrasée que
ses liabitans abandonnent en désordre. Sur le devant,
plusieurs groupes de femmes, d’enfans et de vieil-
lards , donnent dans leur fuite précipitée les marques
du plus affreux désespoir.

Cette vaste composition , soutenue par l’énergie de
la pensée, la noble simplicité du style, la grandeur
et la diversité des caractères , et dont les figures ont
environ sept pieds de proportion, fut exécutée en tapis-
serie à la manufacture de Bruxelles , où Jules-Romain
en a fourni beaucoup d’autres. Celle-ci fait partie d’une
tenture appelée les Fruits de la Guerre, en huit pièces
de cinquante-cinq aunes de cours , sur les dessins du
même maître. Le Musée ne possède que deux de ces
Cartons.

Les dessins qui doivent servir de patron pour des
tapisseries ou des peintures à fresque sont tracés
sur du papier, dont le nom italien carta, leur a fait
donner le nom de Cartons. Le dessin est toujours de
la grandeur du tableau que l’on veut exécuter. Si
c’est une tapisserie , les contours sont tracés avec
le crayon ou le pinceau ; et de légères teintes à gouache
ou à l’acquarelle indiquant les ombres et les demi-
teintes , ainsi que les couleurs locales , dirigent les
ouvriers dans leur travail. Pour une fresque, le Carton
n’est le plus souvent qu’au crayon. Le peintre se con-
forme pour le reste, s’il le juge nécessaire, à une
esquisse coloriée. Le superbe Carton de l’école d’A-
thènes , par Raphaël, qui se voit également au Musée,
est au crayon noir, sur un papier de demi-teinte , et

>4- 17
loading ...