Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 83
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0127
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 85 )

Planche trente-huitième. — Le Centenier; Tableau du

Musée de Versailles ; par Louis de Boullongne.

« Jésus étant venu de nouveau à Cana en Galilée ,
où il avait changé l’eau en vin, il y avait un officier
dont le fils était malade à Capharnaiimj lequel ayant
appris que Jésus venait de Judée en Galilée, l’alla
trouver, et le pria de venir chez lui, pour guérir son
fils qui allait mourir. Jésus lui dit : Si vous ne voyez
des miracles et des prodiges , vous ne croyez point. Cet
officier lui dit : Seigneur, venez avant que mon fils
meure. Jésus lui dit : allez , votre fils se porte bien. Il
crut à la parole que Jésus lui avait dite, et s’en alla.
Et comme il était en chemin, ses serviteurs vinrent
au-devant de lui , et lui dirent: Votre fils se porte
bien, etc. (S. Jean, Chap. IV )»

Ce passage contient toute l’explication du sujet ; il
suffira de jeter un coup-d’œil sur la gravure. La com-
position du tableau est noble, les groupes sont bien
disposés, et les figures drapées largement. L’archi-
tecture du fond est riche, mais elle est dans le goût
grec ou romain , et les édifices de Cana devaient avoir
un tout autre caractère. Cependant on ne peut guère
en faire un grave reproche à Louis Boullongne -, les plus
grands peintres , et le Poussin lui-même , ne se sont
pas toujours astreints à cette partie du costume ou des
convenances.

Le tableau du Centenier se voit au Musée de Ver-
sailles. Les figures sont de grandeur naturelle. L’artiste
le peignit pour l’église Notre-Dame de Paris, à laquelle
il sera probablement rendu , avec beaucoup d’autres.

11 y a trois peintres du nom de Boullongne. Celui
dont-il est ici question, né à Paris en i654, était frère
loading ...