Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 89
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0136
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 3g )

Planche quàrante-unième. — U incrédulité de S. Thomas•
Tableau du Musée , par François Salviati.

Ce tableau , provenant de la chapelle des Florentins
à Lyon , était peint sur bois , rompu en trois mor-
ceaux . et dans un mauvais état; il a été remis sur toile
et parfaitement restauré : sans doute il n’avait pas plus
de fraîcheur lorsqu’il sortit des mains de l’artiste. Les
figures sont de grandeur naturelle, et dessinées d’un
bon goût. Le coloris est fin , lumineux et transparent.
Les draperies sont rendues avec beaucoup de grâce,
de légèreté , et l’exécution générale estpureet soignée.
C.ct ouvrage , fort supérieur à celui du même maître ,
dont nous avons donné la gravure tome g , pl. s5,
doit tenir un rang distingué parmi ceux de l’Ecole
Florentine. On pourrait trouver un peu de sécheresse
dans les contours, mais elle est peut-être occasionnée
par l’opposition tranchante des figures, qui sont d’un
ton clair , avec le fond, qui est très-obscur, et sur
lequel elles se détachent brusquement. Les Ecoles
Flamandes et Vénitiennes sont les seules qui aient bien
connu ces transitions de teintes et de lumières qui
lient les figures avec le fond , et unissent harmonieu-
sement toutes les parties d’un tableau.

On a donné précédemment une notice sur François
Salviati , que son humeur caustique et inconstante
empêcha de goûter le bonheur que devaient lui pro-
curer ses rares talens. Vous ajouterons ici la liste de
ses principaux ouvrages, dignes, par leur originalité,
de fixer l’attention des connaisseurs.

Les premiers qu’il fit. à Rome , où il vint très-jeune .
furent un tableau de la Vierge et le Portrait de la

?. i
loading ...