Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 95
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0145
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
t 95 )

Planche quarante-quatrième. — Quatre Bustes antiques
de la galerie du Musée.

La dénomination du premier Buste, que l’on croit
être celui d’Emilien , est fondée sur la ressemblance
qu’on y a remarquée avec les médailles de cet empe-
reur.

Emilien , né en Mauritanie , d’une famille obscure ,
se distingua dans l’armée des Romains, et parvint par
degrés au rang de général. Le courage qu’il montra
dans la guerre contre les Perses le fit proclamer
empereur en a54, après la mort de Dèce, quoique
Gallus et Valérius fussent alors les légitimes béritiers
de l’Empire. Il ne jouit pas long-temps du pouvoir
souverain : il fut massacré par ses propres soldats,
fatigués de l’excessive activité où il les tenait sans
cesse. Emilien eut la réputation d’un bon soldat et
d’un mauvais politique.

Le deuxième Buste est présumé celui de Marc-Jules
Philippe , le père, qui se fit élire empereur , l’an >
en place de Gordien le jeune, dont il était capitaine
des gardes , et qu’il fit assassiner. II embrassa le chris-
tianisme , et sous son règne, les chrétiens furent au-
torisés à faire en public tous les exercices de leur
religion. Il ne conserva que pendant cinq années et
quelques mois un trône usurpé par le crime , et fut
tué par ses soldats, après avoir été défait, par Dèce,
qui avait pris le titre d’empereur. Philippe, son fils ,
qui avait été élevé dans la religion chrétienne et mon-
trait des qualités précieuses , fut assassiné à l’âge de
douze ans, dans les bras de sa mère.

Le troisième Buste est désigné sous le nom de Vibius
Yolusien, que son père , Vibius Tribonianus Gallus,
loading ...