Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 118
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0179
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( n8 )

principes ni avec le goût d’un artiste qu'on accuse
généralement d’avoir manqué de nerfet de chaleur.

« Le coloris de la Transfiguration ( dit Mengs dans ses
Réflexions sur Raphaël') est très-beau dans quelques
parties , mais non pas dans toutes. Les hommes en
sont mieux coloriés que les femmes; je crois même
qu’il y a des figures qui ne sont pas de lui : par exem-
ple, le Démoniaque et tout son groupe, où l’on recon-
naît le pinceau timide de Jules-Romain. Les têtes des
Apôtres , du côté opposé, ont toutes été retouchées par
Raphaël, et l’on y reconnaît la touche hardie et vi-
goureuse du maître 11 est fâcheux que dans son meil-
leur temps , Raphaël n’ait pas peint entièrement lui-
même quelque tableau à l’huile, et qu’il ait toujours
fait ébaucher ses ouvrages par ses disciples , et prin-
cipalement par Jules-Romain , qui , à une manière
extrêmement dure et froide, joignait un pinceau fort
timide mais dur et léché.... Si les ouvrages à fresque de
Raphaël sont d’un plus beau coloris que ses tableaux à
l’huile , il faut l’attribuer principalement à ce qu’il n’a
pu se servir de ses élèves pour ébaucher les premiers ,
au lieu qu’à l’huile c’est Jules-Romain qui a presque
tout ébauché.... Raphaël était si occupé à inventer et
à dessiner qu’il ne pouvait peindre lui-même ses ou-
vrages. Il ne faisait donc que finir ce que Jules-Romain
n’avait pu exécuter.»

«C’est sur ces mêmes principes ( dit Mengs dans un
autre endroit de son livre) que les disciples de Raphaël
parvinrent à posséder quelques parties de son talent,
mais aucun ne sut atteindre à l’essentiel. Jules-Romain,
en cherchant à imiter son goût grave et expressif,
tomba dans le noir, et ses figures ont une expression
théâtrale et affétée, etc., etc. »
loading ...