Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 122
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0185
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 122 )

sans maître , et après avoir passé sa première jeunesse
dans l’exercice d’un métier rude et pénible, est par-
venu à produire des ouvrages qui de son temps obtin-
rent une grande estime, et ne sont pas vus aujourd’hui
sans intérêt. Sans doute il ne lui a manqué que de
naître dans un pays où il eût pu recevoir les leçons de
quelque grand peintre.

Quintin Metsys que quelques-uns nomment Messis ,
Messius , Mathys ouMathysis, plus connu sous le nom
du Maréchal d’Anvers, naquit dans cette ville en 1400,
et exerça pendant vingt ans le métier de maréchal.
Une circonstance particulière lui fit connaître , quoi-
qu’un peu tard , sa véritable vocation. On dit qu’étant
devenu amoureux d’une jeune fille dont les parens
avaient delà répugnance pour l’état qu’exerçait Quintin
Metsys , il résolut d’en changer, et parvint, à force de
travail et de constance, à produire des ouvrages qui
lui firent honzteur, et lui obtinrent la main de sa maî-
tresse.

Il peignit plusieurs tableaux à Anvers et notamment,
pour le corps des menuisiers de cette ville, une Des-
cente de Croix cpii passe pour un de ses meilleurs
ouvrages. Philippe II , roi d’Espagne , voulait en
faire l’acquisition : les propriétaires en refusèrent un
prix considérable ; depuis il fut vendu aux magistrats ,
pour la somme de i5oo florins. Les autres ouvrages de
Metsys sont répandus dans divers cabinets , où ils sont
conservés avec une considération particulière. Il a
peint encore un grand nombre de portraits. Il mourut
à Anvers en ibaq , âgé de soixante-dix-neuf ans , lais-
sant un fils nommé Jean Metsys , qui a suivi sa ma-
nière.
loading ...