Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 14.1807 [Cigognara Nr. 3401-14]

Seite: 143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807/0217
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i<f5 )

Planche soixante-neuvième et soixante—dixième. —Sup-
plice d'un Juge prévaricateur ; Tableau de la Galerie
du Musée; par Antoine Ciaissens.

Cambyse, roi de Perse , ayant fait saisir sur son
tribunal un juge prévaricateur , ordonna qu’il fût
écorché vif, et que l’on garnît de sa peau le siège de
son successeur.

Le peintre a pris pour le sujet de son tableau l’ins-
tant même du supplice. Il a pu s’appesantir sur les
détails de cette scène dégoûtante, et il l’a rendue
avec une horrible vérité. On ne peut la regarder sans
frémir , et lorsque le Musée est ouvert au public,
c’est toujours devant ce tableau que s’arrête la foule
des gens du peuple, par la même raison qui l’attire
aux spectacles de la Grève.

L’exécution de ce morceau rappelle la naissance
de l’art, et en quelque sorte l’origine de la peinture
à l’huile. Elle a le caractère des ouvrages de van
Eych, de Quintin Metsys et autres du même temps ,
où l’on remarque une profonde ignorance du dessin,
mais du soin dans l’exécution des têtes, pleines de
naïveté ; de la netteté, mais de la sécheresse ; et la
justesse du ton local, sans aucune intention de clair-
obscur. D’ailleurs, on n’y trouve ni goût ni per-
spective, ni la noblesse des caractères ni la régula-
rité du costume. Ce sont des bourgeois flamands et
non des Perses que l’artiste a représentés ; et les plans
éloignés n’offrent aucune dégradation aérienne.

Antoine Ciaissens , auteur de ce tableau, que l’on a
tiré de l’hôtel-de-ville de Bruges , florissait vers la
fin du quinzième siècle. Aucun des écrivains que nous
avons pu consulter ne fait mention de cet artiste.
Descamps cite le tableau et le nom de Ciaissens dans
loading ...