Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 61
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0103
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 6t- )

Planche trente-troisième. — Départ de S. Bruno pour
la lieu de sa retraite; Tableau de la galerie du Luxem-
bourg , par Lesueur.

S. Bruno avait prié Hugues, évêque de Grenoble ,
de lui donner, pour lui et ses compagnons, un lieu
dans lequel ils pussent se retirer du monde, et le saint
évêque n’accorda sa demande qu’après lui avoir re-
présenté la situation et la stérilité de ce pays , jointes
aux incommodités des neiges et du froid que l’on y
souffre pendant une grande partie de l’année. On voit
dans ce tableau Hugues avec S. Bruno et ses compa-
gnons , qui traversent des déserts affreux et de hautes
montagnes, pour se rendre dans i’asyle qui leur est
indiqué.

Ce sujet est un de ceux qui composent la suite
connue sous le nom de la Vie de S. Bruno , peinte par
Lesueur, et qui ornait autrefois le cloître des Char-
treux à Paris. Elle est composée de vingt-deux ta-
bleaux, dont vingt-un ont été insérés dans les volumes
précédens. Celui-ci est, sous tous les rapports, dignes
de l’artiste et de la collection dont il s’agit, l’un des
plus précieux ouvrages de l’école française.

Suite des Observations de Mengs, sur T état des arts
en Espagne.

« . . . . Les peintres de l’école de Séville n’eurent
<• cependant pas le bonheur de voir et d’étudier les
« modèles des anciens Grecs , et ne connurent pas non
•' plus la beauté ; de manière qu’ils se bornèrent à
« copier Servilement la nature, sans pouvoir faire un
" choix de ce qu’elle offre de plus beau. Comme ils
« possédaient les parties les plus nécessaires de l’art,
« ils crurent être parvenus au plus haut, degré de
i-5. 16
loading ...