Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0106
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 65 )

Planche trente-quatrième.— Hercule rend Alceste à son
époux. Tableau par M. Taillasson.

Apollon chassé du ciel s’était réfugié pendant quel-
que temps chez Admète roi de Plières en Thessalie.
Reconnaissant de l’accueil qu’il y reçut, il devint la
divinité tutélaire de la maison de ce prince. Admète
étant attaqué d’une maladie mortelle , Apollon le dé-
roba au sort qui le menaçait, à condition qu’un autre
se dévouerait pour lui à la mort. Alceste, son épouse,
fut la seule qui s’offrit pour victime. Proserpine tou-
chée de la douleur d’Admète voulait lui rendre Al-
ceste -, Pluton s’y opposa. Hercule descendit aux en-
fers , en ramena Alceste, et la rendit à son époux.

Ce tableau, de la main d’un artiste que nous avons
cité dans un article précédent, page 42, a été placé
à l’une des dernières expositions publiques. Il est du
petit nombre de ceux que l’auteur a exécutés de gran-
deur naturelle.

Suite des observations de Mengs sur l’état des arts en,
Espagne.

« Depuis cette époque jusqu’à nos jours, on n’a
« fait aucun effort en Espagne pour sortir de l’igno-
« rance, et l’on s’en est tenu à une méthode vicieuse ;
« de manière que, sous ce point de vue, on pourrait
« comparer l’Espagne à un pays de malades , dont on
« ferait garder toutes les frontières, pour empêcher
« qu’il n’y entre aucun médecin étranger. •>

Le même auteur, dans une lettre sur l’origine, les
progrès et la décadence des arts qui tiennent au des-
sin , s’exprime ainsi : «.Le même esprit qui ins-

« pira les Caraches en Italie, produisit des peintres
e de mérite dans plusieurs autres pays de l’Europe;
loading ...