Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 70
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0116
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 7° )

Tectîon. C’est une justice que lui rendit plus d’une
fois Le Brun, dont il a gravé, dans une si grande ma-
nière, les principales productions.

Il j a peu de noms aussi célèbres dans l’iiistoire de
la gravure que celui des Àudrans. Le talent semblait
héréditaire dans cette famille, où l’on compte dix
artistes qui se sont plus ou moins distingués. Les trois
plus habiles sont Gérard, Benoît et Jean. Le nombre
des pièces publiées sous le nom des Audrans est très-
considérable. Une courte notice sur chacun d’eux ne
sera pas déplacée dans un recueil du genre de celui-ci ;
on y ajoutera une liste abrégée des pièces de leur
œuvre.

Charles Aubran, graveur , fils de Louis , et petit-
fils d’Adam Audran , originaire de Lyon , né à Paris,
en 15g4, alla se perfectionner à Rome , et revint se
fixer à Paris. Il marquait ses estampes d’un C. ou du
nom de Charles 3 mais son frère Claude ayant marqué
de la même lettre quelques pièces qu’il mit au jour ,
Charles employa pour les siennes un K. ou le nom de
Karle. Il mourut à Paris, en 1674.

Charles Audran a gravé peu de pièces de sa compo-
sition. Ses principaux ouvrages sont d’après l’Albane ,
Pietre de Cortone, Lebrun , les Caraches, Antonio Cir-
ciganini, Greg. Grassi, le Guide, Melini,le jeune Palme ,
Polydore , André Sacchi , Jacques Stella , le Titien ,
Alexandre Vajani, Lodoïco Valesio, C. Vignon, Simon
Vouet 3 le Dominiquin. Il a aussi gravé des portraits
et quelques planches pour la galerie Justienne.

( La suite à l’article prochain. )
loading ...