Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 74
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0122
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 74 )

On connaît de lui au moins treize portraits, six
pièces de son invention, et au moins cent cinquante
pièces d’après différens maîtres, tels que l’Albane,
Boullongne, Charles Lebrun, Annibal Carache , Cor-
neille , Antoine et Charles Coypel, le Dominiquin, le
Guide, Lanfranc, Daniel de Volterre, Michel-Ange
de Caravage, Mignard, Natoire, le Poussin, Raphaël,
Rubens , Le Sueur, Paul Véronèse, etc.

Jean Audran , troisième fils de Germain, naquit à
Lyon en 1667, et apprit également la gravure sous la di-
rection de Gérard son oncle. Dès l’âge de vingt ans, il
se fit connaître avec avantage et obtint de grands suc-
cès. Il eut le titre de graveur et de pensionnaire du roi,
et fut admis à l’académie royale de peinture. Il a
vécu quatre-vingt-dix ans, et a produit un très-grand
nombre d’ouvrages. Son œuvre, tant en portraits qu’en
sujets, soit de son invention , soit d’après les premiers
maîtres des écoles française et italienne, est au moins
de cent vingt pièces , la plupart très-considérables , et
sans y comprendre plusieurs autres sujets gravés pour
des libraires, et insérés dans divers ouvrages.

Louis Audran, quatrième et dernier fils de Ger-
main , naquit à Lyon en 1670. On ne connaît sous son
nom qu’une vingtaine d’estampes. Il est probable qu’il
aida ses frères dans leurs nombreux travaux.

Benoit Audran II, dit le jeune, fils de Jean, qu’il
est aisé de ne pas confondre avec celui-ci, quoique
leur marque ou signature soit la même. L’habileté du
fils n’est pas comparable à celle du père. L’œuvre de
Benoît Audran le jeune est peu considérable.

Un certain nombre d’estampes marquées simple-
ment du nom d’Audran ont embarrassé quelques ama-
teurs , qui ne savent auxquels des artistes de cette fa-
mille 011 doit les attribuer.
loading ...