Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 81
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 8. )

Planche quarante-troisième. — La Sainte-Famille ; par
Henri van Limborch.

Ce joli tableau, dont les figures ont tout au plus
deux pieds de proportion, est d’un effet suave , d’un
coloris frais et brillant. Le dessin en est médiocre , et
les caractères ont peu de noblesse et d’énergie. La
touche en est gracieuse, mais on y désirerait plus de
fermeté.

Henri van Limborch est peu connu , du moins nul
auteur n’a donné de détails sur sa vie j on ignore
même le lieu de sa naissance et l'époque de sa mort:
on sait seulement qu’il fut élève d’Adrien van der"
Werff, qu’il imita sa manière, et que souvent on
prit les ouvrages de l’élève pour ceux du maître. Il
y a cependant cette différence entx-e eux , que le
coloris de Limborch est moins sombre , que ses
masses de lumière sont plus décidées, ses contours
moins froids j mais que van der Werff a un dessin
plus correct, une exécution plus ferme , un meilleur
choix de draperies.

Les tableaux de Henri van Limborch sont plus rares
que ceux de van der Werff, mais ils se vendent beau-
coup moins chers. Limborch a fait plusieurs bonnes co-
pies d’après son maître.

Suite des Observations sur l’Architecture.

« Enfin, il sera commode, si le nombre et la gran-
« deur de toutes ses parties, si leur forme, leur situa-
« tion et leur arrangement, sont dans le rapport le.
« plus exact avec sa destination.

«Yoilà ce qui regarde la convenance, et voici ce
« qui concerne l’économie.

10. «s
loading ...