Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 86
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0140
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 86 )

dont Jordaëns avait si bien étudié la manière, qu’il
la saisit mieux qu’aucun élève de l’école de Rubens,
et parvint en quelque sorte à se l’approprier. Rubens
a cependant beaucoup plus de finesse de coloris,
plus de richesse dans la composition, une expression
plus profonde et plus animée.

L’humeur agréable et enjouée de Jordaëns contribua,
autant que les biens de la fortune , à lui procurer
une vie exempte de chagrins et une vieillesse heu-
reuse. Il mourut en 1678, âgé de quatre vingt-quatre
ans. Sa fille décéda le même jour : l’un et l’autre
furent enterrés près de Catherine van Oort, femme
de Jordaëns , morte environ vingt années aupara-
vant. Catherine était fille d’Adam van Oort, chez
qui Jordaëns avait reçu les principes de son art.
loading ...