Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 92
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0149
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 92 )

sente plus ce monument que sous son ancien nom
d’Adriane du Capitole. Au surplus , quelle qu’elle soit,
c’est incontestablement une tête de femme, et l’un
des plus beaux restes , de l’antiquité. Elle a été
moulée depuis long-temps , et il y a peu d’artistes
qui n’en aient une épreuve. On admire sur-tout la
beauté du front, l’enchâssement des yeux, les joues,
et l’arrangement pittoresque de la coiffure.

Le quatrième buste offre un portrait authentique
de Julie Mammée , mère d’Alexandre Sévère. On
doit des éloges à sa mémoire pour les soins qu’elle
apporta à l’éducation de son fils , pour les sages con-
seils qu’elle lui donna lorsqu’il fut sur le trône , et
pour la prudence avec laquelle elle lui concilia la
bienveillance des troupes; mais elle ternit sa gloire
par une extrême ambition, par l’avarice, et par des
actes de cruauté. Elle fut assassinée avec son fils ,
à Mayence , en 235 , par des soldats mécontens, que
Maximin avait poussés à la révolte.
loading ...