Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 103
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0166
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( io3 )

Planche cinquante-quatrième. — Quatre Bustes de la
Galerie des Antiques.

Le premier de ces bustes est celui d’un Faune, exé-
cuté en bronze. Ce monument offre une grande cor-
rection , une expression fine et gracieuse, un travail
très-soigné. Les anciens avaient adopté des formes
particulières dans la représentation des faunes , telles
que le nez rentré, les joues, le menton saillans, les
deux angles de la bouche relevés , la réunion des
sourcils, les oreilles pointues, et souvent la trace de
cornes naissantes, etc.

Ce buste est un des meilleurs ouvrages en bronze
qui nous restent de l’antiquité. Les jeux manquent,
et sans doute ils étaient formés d’une lame d’argent
dans laquelle on avait enchâssé une pierre précieuse
pour marquer la prunelle. Les Anciens ont souvent
pratiqué ce moyen ; et Phidias, selon Platon , avait
formé de cette manière les jeux de son Jupiter Olym-
pia-

La peau de chevreau qui couvre la poitrine est en
bronze doré ; c’est une addition moderne. Ce bus te,
haut de 17 pouces, est tiré de la villa Albani.

Le deuxième buste, haut de 18 pouces, et pareil-
lement tiré de la villa Albani, où on l’attribuait à
j’un des Ptolémées, n’est pas entièrement antique ,
du moins la tête a été placée sur un buste d’une
époque plus ancienne , et l’un et l’autre diffèrent
essentiellement de style et d’exécution. On est in-
certain sur la dénomination que l’on doit donner à
ce monument; quelques personnes y voient un athlète,
parce que le diadème qu’il porte était la marque des
vainqueurs aux jeux sacrés de la Grèce ; mais il est
aussi le signe distinctif de la dignité royale ; d’autres
loading ...