Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 109
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0175
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( }°9 )

Planche cinquante - septième. —- La Naissance cle Ict
Vierge ; Tableau de la Galerie du Musée , par Piètre
de Cortone.

Nous ne pouvons guère, sans risque de nous répé-
ter, ajouter ici quelque chose à ce qui a été dit pré-
eédemment sur l’auteur de ce tableau , et sur les
beautés ou les défauts de ses ouvrages. Nous avons
inséré quelques-uns de ses tableaux dans ce recueil.
Le lecteur peut recourir aux tome IX, page 17 , tomé
XII, page 107 , tome XY , page 55.

Pour bien juger Piètre de Cortone, il ne faut pas
confondre ses grands ouvrages , tels que galeries ,
voûtes , coupoles, etc. avec ses tableaux de chevalet.
Quoique les premiers ne soient pas d’un style sévère,
cependant on y remarque une belle ordonnance, l’élé-
vation de la pensée, un grand goût de coloris, une
touche brillante. Ses petits tableaux offrent, en géné-
ral , un dessin lourd , des expressions faibles et peu
variées, plus de gentillesse que de grâce naturelle,
des draperies chiffonées, dont les formes n’ont point
été puisées dans les monumens anciens, dont le jet et
les plis ne semblent pas toujours imités de la nature.
Malgré ces nombreux défauts , on ne peut regarder
sans plaisir les tableaux, même médiocres , de Piètre
de Cortone, parce qu’ils sont d’une composition douce
et riante, d’un coloris agréable, d’une exécution facile.
On pourrait croire que cet artiste, né pour exécuter
ce qu’on appelle en peinture de grandes machines,
ne se livra aux petits tableaux que pour se délasser
de ces travaux immenses, et qu’il y mit peu de pré-
tention.

Celui dont nous donnons ici l'esquisse n’a rien
i5. aS
loading ...