Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 120
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0191
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 120 )

vement pour s’éloigner cl’elle. Sa main gauche retient
l’ample draperie dont il est couvert -, il tient de la
droite une bêche, que l’artiste n’a sans doute placée
que pour rappeler au spectateur que Marie a pris
Jésus pour le jardinier du lieu où se trouve le sé-
pulchre. On voit derrière la Madeleine, et sur un
plan un peu éloigné, les deux anges vêtus de blanc
à qui elle s’était d’abord adressée.

On trouve dans ce charmant tableau la grâce et la
délicatesse qu’offre généralement le pinceau de l’Al-
bane. Les expressions ne sont pas fortes, mais elles
sont nobles et douces -, le coloris n’est pas vigoureux,
mais il a ce ton suave et lumineux qui plaît tou-
jours..
loading ...