Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 126
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0200
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 126 )

Dieu. Alors le -jeune Tobie prenant du fiel du poisson,
en frotta les yeux de son père, et environ une demi-
lieure après. une taie blanche, semblable à celle d’un
œuf, se détacha de ses yeux. Son fils la prit et la
tira , et aussitôt le père recouvra la vue. Sara,
femme du jeune Tobie, arriva sept jours après, avec
toute sa suite, et après sept autres jours passés dans
les réjouissances, avec leurs proches et leurs amis ,
l’ange se fit connaître et disparut.

Ce tableau, peint par Hemmessen, est le seul que
le Musée possède de ce maître. Les figures sont à-
peu-près de grandeur naturelle. Le coloris en est
assez vigoureux, et le dessin n’est pas de mauvais
goût; mais la composition du tableau et les carac-
tères sont communs. Hemmessen a fait une faute en
donnant des ailes à l’ange, qui, pour n’être pas connu,
a pris les traits et le nom d’Asarias: Le peintre d’Ur-
bin ne l’a pas commise dans son tableau des Trois
Anges qui apparaissent à Abraham.

Nous n’avons trouvé dans les auteurs français qui
ont écrit l’histoire des peintres, aucune notion sur Jean
van Hemmessen ou Hemsen d’Anvers. On ne connaît ni
l’année de sa naissance ni celle de sa mort, et l’on ignore
qui fut son maître, et si lui-même eut des disciples.
Il florissait en i55o , et peignit principalement des
sujets historiques. Ses principaux ouvrages ont été faits
à Harlem.
loading ...