Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 15.1807 [Cicognara Nr. 3401-15]

Seite: 131
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1807a/0208
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( i3i )

Planche soixante-huitième.—La Vierge, l’Enfant-Jésus
et deux Anges ; Tableau de la Galerie du Musée ,
par le Titien.

La Vierge , assise et les mains jointes , tient sur
ses genoux l’Enfant-Jésus , qu’elle contemple avec un
doux sentiment de joie, de respect et cl’admiration.
Elle est accompagnée de deux anges , dont l’un sou-
tient une des extrémités du linge sur lequel repose
le divin Sauveur. et l’autre, les deux mains croisées
sur la poitrine, en signe d’adoration. L’enfant, par
un mouvement naturel et conforme à son âge, porte
à la bouche un doigt de la main gauche.

Ce tableau, d’un coloris large et brillant, d’un pin-
ceau moëlleux, offre encore de grandes beautés d’ex-
pression. Quoique le temps lui ait fait perdre une
partie de sa fraîcheur, on y reconnaît que le Titien
est le premier des peintres pour la vérité du ton
local. Cette qualité est si essentielle à la peinture,
que les ouvrages où elle se trouve , peuvent se passer
d’un grand fini; ils offrent en cela la véritable imi-
tation de l’effet de la nature ; imitation générale ,
premier but de l’art, où les détails ne doivent être
que secondaires.

Ce tableau, dont les figures sont de grandeur natu-
relle , faisait partie du cabinet du roi.
loading ...