Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 21
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0033
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 21 )

Planche septième. — S. Charles Borromée, priant pour
les pestiférés de Milan ; Tableau de la Galerie du
Musée, par Bartholet Flemael.

S. Charles Borromée, archevêque de Milan, ayant
appris que la peste s’était déclarée près de cette ville,
où elle gagna bientôt, se hâta d’y retourner, et, en
arrivant, alla visiter le lieu où le magistrat avait or-
donné de conduire les pestiférés : il les consola, pour-
vut à leurs besoins spirituels et temporels , et déclara
que, dans cette calamité terrible, il ne se séparerait
pas de son peuple, et qu’il sacrifierait sa vie à lui
rendre tous les soins d’un bon pasteur. Il ordonna des
prières publiques pour tâcher de fléchir la divine justice,
et s’offrit souvent à Dieu pour victime, spécialement dans
une procession où il parut la corde au cou et les pieds
nus.Le ciel exauça les vœux de S. Charles par la ces-
sation du terrible fléau.

Ce tableau , d’un peintre flamand, ne se ressent pas
du goût de son école. Flemael avait passé plusieurs
années en Italie, et s’y était formé pour la correction
du dessin. Son coloris est excellent, son pinceau large
et bien fondu. Il avait un génie facile, de la vivacité
dans les idées, de l’exactitude dans le costume, et la
connaissance de l’antiquité. Ces qualités le rendirent
très-supérieur à la plupart des peintres de son pays.

Bartholet Flemael, né à Liège en 1614, de parens
peu fortunés , avait reçu de la nature de grandes dispo-
sitions pour la musique et pour la peinture. Il avait
une jolie voix, chantait bien, et jouait de plusieurs
loading ...