Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 43
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 45 )

Planche dix-neuvième. — Les noces de Thétis et de

Pelée. Tableau de la galerie du Musée, par Abraham

Bloëmart.

Thétis fille de Nérée et de Doris, et sœur de Lyco-
mède, roi de Scyros, fut aimée de Jupiter, de Nep-
tune et d’Apollon; mais ayant appris que, suivant un
ancien oracle de Thémis, il naîtrait de Thétis un fils
qui serait plus grand que son père, ces dieux ces-
sèrent leurs poursuites, malgré l’extrême beauté de
cette nymphe, et ils la cédèrent à Pelée. Peu flattée
d’avoir un mortel pour époux, après avoir été recher-
chée par des dieux, Thétis résista long-temps aux
sollicitations de Pelée; enfin elle se rendit, et les
noces se firent avec beaucoup d’éclat sur le montPé-
lion. Tous les dieux y avaient été invités excepté la
discorde. Irritée de cet affront, l’infernale déesse sur-
vint au milieu du banquet, et jeta parmi les convives
une pomme d’or , avec cette incription : A la plus belle.

Les figures de ce tableau sont de proportion à-peu-
près demi-nature. La touche en est facile, le coloris
brillant et vif, l’effet piquant ; mais la composition et
le dessin de Bloëmart se ressentent toujours du goût
de son pays. Le Musée ne possède qu’un seul ouvrage
de ce maître.

La famille de Bloëmart est célèbre dans la profes-
sion des arts. Corneille Bloëmart, père d’Abraham ,
dont il s’agit dans cet article, était architecte, ingé-
nieur et statuaire. Il habitait Dordreck, et quitta celte
ville, pendant les troubles des pays bas , pour se re-
tirer à Bois-le-Duc, ensuite à Utrecht. Ce fut là qu’il.

16. 9
loading ...