Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts — 16.1808 [Cicognara Nr. 3401-16]

Seite: 44
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba1808/0067
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 44 )

çxerça son fils à copier des dessins de Franc Flore. H
le plaça ensuite chez deux élèves de ce dernier, Gérard
Splinter et Joos de Beer, chez lesquels il ne fit autre
chose que de copier quelques bons tableaux qu’ils
s’étaient procurés. Peu content des progrès de son fils.
Corneille l’envoja à Roterdam chez Yithceck, où il
ne resta que peu de temps -, enfin, le jeune Bloëmart
se rendit à Paris, et y passa trois mois à dessiner et à
peindre de pratique, sans aucune étude de la nature.
Il prit enfin le parti de retourner à Roterdam, chez
son père , qui y demeurait en qualité d’architecte de
Ja ville, et s’arrêta quelque temps à Herenthals , au-
près de Jérôme Franck.

Abraham avait eu plusieurs maîtres, et n’en avait
pas eu un bon. Cependant, il se forma d’après Franc
Flore pour le dessin, et d’après Splinter pour le co-
loris , une manière d’opérer qui lui acquit par la suite
line grande considération. Après la mort de son père,
il quitta Roterdam, et vint s’établir à Utrecht : il y
perfectionna son talent, et produisit, dansions les
genres de la peinture, des ouvrages estimés. L’empe-
reur voulut avoir des tableaux de sa main.

Les ouvrages d’Abraham Bloëmart sont presque
tous restés dans les Pays-Bas et en Allemagne. Ce
peintre mourut à Utrecht en 1647. Il était né à
Gorcnm en 1567. Il se maria deux fois, et laissa trois
fils, Henry, Adrien et Corneille. Les deux premiers
exercèrent la peinture, et sont peu connus. Le dernier,
qui s’était d’abord appliqué à cet art, le quitta pour
se livrer entièrement à la gravure. Il alla à Rome, et
y mourut dans un âge fort avancé. Frédéric son fils
se distingua dans la même carrière.
loading ...